Espace de publications

à la UNE

avant migration vers Le Factorium de Lassa (blog)

textes de l'atelier du 13 janvier - Colimaçon de mots - 

Univers Urbex -Teckprod photographies

écriture collective en réaction aux photos présentées

phrases en interaction

choisir une phrase de début de texte et une phrase de fin de texte

offrir sa phrase de fin de texte à une autre personne pour qu'elle l'utilise comme phrase de début de texte (ainsi de suite...)

écriture d'un texte individuel sans point 

 

noces avec un monde qui s'est détruit : elle revit cette alliance dès son retour dans la maison de l'apocalypse où règne un silence assourdissant et où surgit l'œil, veillant sur ce décor désaffecté qui, d'un mélange de lumière tantôt jaune, tantôt blanche la font confondre souvenir et réalité, ressentir un trouble grandissant au fil de ses pas, marche après marche, elle aimerait renaître,  se reconstruire, laisser entrer la lumière, voir les couleurs et soudain, elle se souvient du piano : la mélodie s'élève                                                                                                                     

                                                                                                                                                                                                     Sylvie

 

la mélodie s’élève du salon au piano, encore accordé au passé, faisant ainsi écho au blanc immaculé du petit living room désormais grisonnant de saleté ; elle glisse le long des escaliers escarpés, raisonnant dans l’observatoire vétuste, se propulsant au chœur de la chapelle aux vitraux brisés, elle s’essouffle dans le jardin d’hiver envahi par la mousse, fuyant cette ambiance post-analytique, elle s’infiltre dans la chambre bleue vide de trop de silence ;

                                                                                                                                                                                         Emmanuelle

 

la chambre bleue est vide trop de silence lumière vide et ombre pleine un chant révolutionnaire ukrainien se murmure et un sourire soudain dévoile un escalier tournant tourné tourneboulant désorienté chaque marche comme une brume qui s'échappe soulève un essaim de flocons de poussière que la verrière libère de sa clarté ainsi marche à marche pas à pas la chambre bleue s'écarte pour laisser la brillance chanter dans une dentelle de transparence filtrant la rouille au plaisir des mousses et d'autres verdoyants imaginaires objectifs luttant huilés dans un corps à corps lourd que les poutres éclatées dans un jaillissement de gravats enverraient lascivement sur ces fauteuils flambant neuf qui ne risquent aucune poussière de poésie dansant toujours sous ce rai de lumière et perdu éperdument fatigués gravitent les étages au souffle asthmatique allergique aux fantômes un esprit ou deux devraient-ils passer dans ces paliers ignorés hululant lourdement au pas d'envolée nocturne que cette constante verrière change le soleil en lune aux yeux ronds et lingerie diaphane comme lunette en brisée de réalité qu'un mouvement de vent vibre et l'air frontière claque portes et fenêtres balaie cette symphonique lumière qui voluptueusement dans sa peur s'échappe en volute d'un pied l'autre d'une marche en plus d'une marche en plus des prières murmurées en écho ou canon des chants révolutionnaires dans l'attente de l'improbable imprévisible inattendu attendre la faveur de la chimère au pied des miroirs                                                                           

                                                                                                                                                                                                   Claude

 

faveur de la chimère au pied des miroirs

favor de la quimera al pie de los espejos

pérdida de equilibrio cuando un rayo de luz olvidado se infiltra entre dos grietas

perte d’équilibre quand un rayon de lumière oublié s’introduit entre deux fissures

y las grietas gritan vida apareciendo la soledad convertida  en gigante,

et les fissures crient « vie » en faisant apparaître la solitude, devenue géante ;

pero ¿no es en la soledad donde cada uno se reencontró con su propia luz, se abandonó a sí mismo y todo al mismo tiempo? 

mais ce n’est pas dans la solitude où chacun s’est retrouvé avec sa propre lumière, abandonné à soi-même et tout en même temps ?

el ojo del cíclope vela sobre el pasado

l’œil du cyclope veille sur le passé                                                                                                                                         Nuria

 

l’œil du cyclope veille sur le passé inaccessible et révolu du colimaçon bossu, un colimaçon d’archi, rien de vraiment rond, la spirale vivante cahote le temps et se souvient de la forge qui martelait autrefois le fer des garde-corps, du temps de la vie, quand les rampes ouvragées prévenaient les chutes, tandis que désormais déçues, résignées, elles n’empêchent plus rien de tomber, plafonds crevés, chus dans le silence, vitraux de la chapelle dispersés par les pies de la forêt qui gagne, qui envahit jusqu’au bleu des couloirs du haut, des chambres des domestiques que l’on se plaisait à citer en exemple, autrefois, à l’évêché, quand la vie cossue tenait les plafonds et éloignait les mousses, quand les limousines voituraient les dames d’un fauteuil à l’autre, d’un salon à l’autre, au salon de l’évêché, peut-être, où l’on citait les chambres de domestiques en exemple, exemples de charité, de générosité, sans savoir que leur précieuse eau courante était retenue sur les gages ; monde ancien, toujours vif, téléporté intact au vingt-et-unième, du pareil au même, plafonds de rémunérations crevés, technologies obsolètes sitôt créées ; le modèle blanc glisse dans la grande salle puis la vision s'atténue, la dame se dilatant sur les murs blancs du boudoir immaculé, préservé, lui, non encore attaqué par la mousse qui dehors choit en plaques rouillées, écorche la voiture, son ancienne splendeur oubliée, oubliées les banquettes rembourrées, pneus bouffés, ensevelis l’archevêque des petits fours et des grands sidérurgistes, croule donc, monde à l’abandon, croulent les plafonds, dans mille ans la mousse et les lianes n’auront laissé debout que la nervure du colimaçon, Germaine Richier désespérée sur la terrasse d’Antibes, vis du temps, coquillage rongé échoué sur la plage des siècles, croule sotte espèce, croule, dans mille ans les arbres auront tout repris, déjà au seuil de la forêt la villa capitule                               

                                                                                                                                                                                                     Marc

 

au seuil de la forêt la villa capitule sans heurts, sans bruit, d'une simple branche, un souffle, ou peut-être un brin d'herbe, poussé à son rythme d'une graine, d'une goutte de rosée, glissée sur une dalle dans la terre, humide, puis une autre, diffuse, une autre encore, un souffle d'air, un insecte au pas léger, effaré par un rayon de soleil sur la jeune herbe, qui repousse doucement la dalle qui la porte, imperceptible, elle donne la place à l'eau, à une fougère qui fuit l'ombre d'une branche passée au travers du vitrail maintenant brisé ; l’écorce griffée recouverte de mousse, un nid, des œufs, un renard installé sous une marche, une patte blessée sur un éclat de verre en tentant d'attraper un lézard ; il se lèche et sort chasser, effraie un oiseau qui s'envole explore les étages, contourne les portes fermées, cherche une fenêtre, monte à la couple avant de s'enfuir par le carreau tombé, le long des branches du figuier, la plus haute cime de la villa, ses racines fermement prises dans les planchers et la rampe de l'escalier, au pied de l'échafaudage, tiges de fer froid et planches pourries, où s'installera un jour un rapace frileux, les ailes étendues sous la coupole, il viendra guetter ses proies, affuter ses griffes sur le métal, observer, régner et fondre sur l'imprudent rongeur sorti de l'abri de feuillage du troisième, indécis un instant de trop maintenant repas du nouveau maître des lieux : cri de victoire qui résonnera dans tout l'escalier, célébrant les noces avec un monde qui s’est détruit          

                                                                                                                                                                                                      Pipo

 

noces avec un monde qui s’est détruit : la robe blanche de la frêle silhouette errante est-elle une réminiscence de traditions envolées ou l’habit d’un fantôme qui déambule dans un lieu vide de ses congénères, un temps désolé, voilà une question qui pourrait surgir et qui pourtant n’aurait plus guère de sens dans ce raffinement déchu, dans cet univers qui porte tous les signes d’un effondrement dont les causes mêmes nous sont inconnues, mais dont les effets nous plongent dans un vertigineux abîme végétal : les seuls yeux qui semblent exister sont l’enroulement fou de plantes grimpantes autour d’une rampe sinueuse, spirales folles de branches entremêlées, ou encore la circularité des fenêtres qui lorsqu’elles ne sont pas acérées évoquent la rondeur d’un globe oculaire qui, plus qu’il ne nous regarde, nous donne accès à une vérité effrayante : la disparition de l’humain, l’envahissement de cette végétation qui partout s’infiltre, nous rappelant dans son ambivalence même la vie autant que la mort ; la seule musique est celle de l’air qui chante et circule, qui siffle dans les failles, hurle quand il se blesse sur les vitres brisées, susurre auprès des feuilles son chant mélodieux : tout bruisse mais le piano se tait, exubérant souvenir d’une abondance baroque, ou témoignage d’un gothique décadent, gothique qui imperceptiblement nous ramène à ce spectre qui ne devrait pas être là, qui appartient au monde d’avant, passe-miroir transgressif arrivé dans une pièce non atteinte encore par les plantes superbes et inhospitalières, une pièce aux vitres immenses, aux plafonds hauts, aux machines surannées, au parquet en lambeaux, une psyché : de cette femme, nul reflet ; faveur de la chimère au pied des miroirs, perte d’équilibre     

                                                                                                                                                                                               Caroline

 

« faveur de la chimère au pied des miroirs perte d’équilibre », répétait-elle sans interruption après avoir lu cette inscription gravée sur la toute dernière marche de l’escalier de la cave, toujours obscure, raison pour laquelle elle venait juste de la découvrir, alors que cette maison l’habitait depuis des années, l’habitait encore plus depuis le désastre ; si la chimère était fervente à faire rêver, c’est dans le hall d’entrée que le mystère pourrait peut-être être dévoilé, là où le plafond effondré révélait l’anarchique excentricité des arbres du dehors, dans toute leur majesté ; mais 1,2,3,4,5,6,7,8,9, encore une marche, 10, elle ne pouvait pas s’empêcher de plus avant s’en aller, à gauche, à droite, vers quel palier, pour quel portrait, Madame Mère ou son caniche endimanché ? Poursuivre quoi qu’il arrive jusqu’au divan illuminé au travers des boiseries étonnamment préservées, le divan parmi tous, meuble d’une rassurante désespérance, mais dans lequel il ne fallait pas s’attarder sous peine de manquer la terrasse ensoleillée qui, par l’escalier dérobé, menait à la fenêtre dissimulée du grenier où la solennité de la maison s’évaporait dans un bleu lagon délicieux où les yeux se noyaient pendant que les pieds  achevaient de démantibuler les planches du parquet ; du lagon à la fontaine, juste le grand escalier de pierre, prétentieux à en hurler mais facile à remercier pour l’avoir déposée au seuil du jardin d’hiver ramené à son état le plus fougueux : même l’estafette de pépé n’y avait pas résisté et dans la jungle s’était engouffrée, tout en gardant ses petits rideaux plissés, ses matelas et coussins épais, ô antre aux yeux de tous invisible, mais pour elle refuge ô combien vénéré où elle pourrait sans frémir arrêter de chercher, s’asseoir, tourner le bouton de la radio, à la petite fenêtre regarder – la mélodie s’élève – l’œil fougère   

                                                                                                                                                                                                 Mélanie

 

la mélodie s’élève, l’œil fougère s’immisce dans l’œilleton, observe l’ascension derrière les portes brisées, à travers les miroirs de silence, les plafonds écroulés ou les corps endormis sous la mousse, comme un secret, un oubli qui s’enlace au lierre dans la course folle des branchages foliés, au cœur de la forêt oubliée au jardin d’hiver, réchauffée à la brise légère des poussières suspendues dispersées sur les marches où l’oiseau échappé du colimaçon brisé chante, le souffle comme compagnon de solitude, le vent comme poursuivant de ses chimères, infatigable devant l’effritement des chambres claires, et au pied de l’escalier, l’œil se brise, cogne les échardes de mémoire au croisement des paliers abandonnés par les fantômes engloutis sous les tapisseries d’un autre temps, transparents et impalpables tels qu’ils ont vécus il y a si longtemps, du temps de la mélodie qui s’élève encore et encore, jaillit de l’escalier puis grimpe tant qu’elle peut                                                       

                                                                                                                                                                                               Fabienne

 

jaillit de l’escalier puis grimpe tant qu’elle peut, l’ombre blanche s’élève et croît à mesure de son ascension, à mesure des battements de cœur de la forêt, à mesure des notes du piano désaccordé qu’aucune âme n’ose fredonner de peur que la bâtisse se mette à pleurer ; un moment – un souffle – elle regarde l’oiseau posé sur la dernière marche, son chant muet de sincérité l’invite à danser, une dernière envolée pour achever ses noces avec un monde qui s’est détruit.           

                                                                                                                                                                                               Christelle

© 2019 par association LASSA.

  • w-facebook